Recherche

26/02/2017

Le Petit Chaperon Quoi ? de Raphaël Fejto

Quatrième de couverture

Connaît-on bien l’histoire du Petit Chaperon... Bleu ? Vert ? Rouge ? C’est quoi un « chaperon » ? Une robe ? Un pyjama ? De qui doit se méfier le Petit Chaperon dans la forêt ? D’un crocodile ? D’un serpent ? D’un loup ? Des devinettes et des jeux pour raconter la véritable histoire du Petit Chaperon... Rouge.

Mon avis

A la librairie où je travaille, j’ai prévu de faire une table thématique spéciale « contes », avec notamment tout ce qui est réécritures et contes détournés en jeunesse, allant pour les plus petits jusqu’aux jeunes adultes. Et une de mes collègues a trouvé ce titre-là, que je ne connaissais pas, pour les plus petits et je dois dire que cela a été une très belle découverte. Voici la raison pour laquelle je vous le présente aujourd’hui car je pense qu’il pourrait en intéresser certains.

Le Petit chaperon quoi ? est un album cartonné racontant le conte du Petit Chaperon Rouge, à la différence près qu’il est interactif car à chaque fois, des questions sont posées à l’enfant avant de poursuivre l’histoire. Cela lui permet de participer à l’histoire même s’il ne sait pas lire.

  
C’est une histoire bien sympathique ici, celle du Petit Chaperon Rouge qui suit la version des frères Grimm, pour ceux qui la connaissent, vous savez ainsi comment cela se termine et il est vrai que la partie jeu et interactive ajoute un vrai plus au livre et pourra plaire aux plus jeunes.


Les illustrations sont simples, tout en aplat, c’est un graphisme que l’on trouve souvent dans les albums jeunesses pour les plus petits car tout est en contraste avec peu de couleurs. C’est simple mais efficace et le rendu est plutôt réussi ici.


En bref, Le Petit Chaperon quoi ? est un album bien sympathique que j’ai pris plaisir à découvrir. C’est une réécriture dans le sens où la partie jeu de l’histoire permet plus d’interaction avec l’enfant à qui on lit l’histoire et lui permet de participer, même s’il ne sait pas encore lire tout seul. Un livre-jeu où l’on a tout de même une histoire. Un livre à découvrir.

A partir de 3 ans.

In My Mailbox (272)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

25/02/2017

Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie d’Aude Le Pichon


Quatrième de couverture

Les grands mythes grecs et romains sont à l’origine de notre culture artistique et constituent la mémoire de notre civilisation européenne. Les dieux, déesses et héros qui en sont les protagonistes sont encore aujourd’hui une source d’inspiration pour de nombreux artistes, que ce soit dans la littérature, le cinéma ou la peinture.
Dans cet ouvrage, ce sont 60 œuvres d’art (tableaux, mosaïques, enluminures...) qui permettent au lecteur de rencontrer ces grands héros, héroïnes, dieux et déesses de la mythologie grecque et romaine.
Une initiation ludique à la mythologie !

Mon avis

 Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie est un documentaire sous forme d’abécédaire pour se familiariser avec les personnages de la mythologie, les dieux, déesses, héros etc., tout en découvrant un certain nombre d’œuvre d’art, de l’antiquité à nos jours. De quoi découvrir un peu l’histoire de l’art et la mythologie de manière ludique. C’est un documentaire qui m’a bien plu et que je vous invite à découvrir.

Chaque double page est composée de la même manière, de quoi faire un ensemble homogène. Sur la page de gauche se trouve le nom d’un personnage mythologique, comme par exemple ici Achille, le premier personnage de l’abécédaire. Ensuite vient un adjectif caractérisant le personnage puis la référence de l’œuvre d’art. Enfin, un texte, comme un cartel, vient expliquer l’œuvre que l’on peut admirer sur la page de droite.


Et en bas de la page se trouve une question pour jouer afin de tester les connaissances de celui qui lit ce documentaire. C’est pratique et ludique, de quoi initier petit à petit à la mythologie à travers des œuvres d’art.


Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie répertorie ici une 60aine d’œuvres et presque autant de personnages de la mythologie. Certains étant en double comme par exemple Hercule.

C’est un bel ouvrage pour s’initier à la mythologie à travers des personnages et des épisodes bien particulier et à travers des œuvres d’art venues de tout temps. On peut très bien passer d’une sculpture antique à un Picasso en passant par une tapisserie. De quoi découvrir un certain nombre d’artistes et d’œuvres d’art. je vous avoue que je ne les connaissais pas tous. Beaucoup d’artistes m’évoquaient des œuvres mais pas spécifiquement celle qui était présentée. Cela a donc été une bonne découverte pour moi et montre que l’on peut toujours apprendre de nouvelles choses.


A la fin de l’ouvrage se trouve les solutions aux questions posées tout au long du documentaire ainsi qu’un index des personnages pour s’y retrouver plus rapidement. Il faut savoir que les noms évoqués dans l’ouvrage sont ceux des romains et non des grecs, mais ils sont inscrits entre parenthèses dans cet index si jamais on connait mieux les personnages sous leur nom grec que romain.

En bref, Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie est un documentaire ludique et bien pensé pour les jeunes enfants qui veulent s’initier à l’art mais également à la mythologie.

A partir de 7 ans.

24/02/2017

Samedi d'Ian Lendler et Serge Bloch

Quatrième de couverture

Le samedi, tout est permis ? Le samedi, on peut faire plein de trucs chouettes comme réveiller ses parents, lire plein de livres avec Papa, aller à des anniversaires, mais aussi des corvées comme arroser le jardin ( et parfois ses parents). Le truc énervant avec le samedi, c’est que ça s’arrête.
Heureusement le lendemain, c’est dimanche !

Mon avis

Samedi est un album que j’ai reçu sans l’avoir demandé, du coup j’étais assez intriguée, me demandant bien ce que pouvait raconter cette histoire qui au final ne m’a pas vraiment emballée. Heureusement que ça se lit assez vite.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant qu’il se lit assez vite. Le texte est assez court, que quelques phrases sur chaque page ce qui est accessible pour de jeunes enfants. Le ton est plutôt humoristique et enfantin, après tout, c’est un petit garçon qui raconte son week-end.

Je dois vous dire que je ne suis pas très fan de cet album, l’histoire ne m’ayant pas particulièrement touchée et bon, il faut dire que ça peut être quelque peu mensonger… Oui beaucoup de parents ne travaillent pas le samedi et le dimanche, la majorité des familles vont s’y retrouver. Sauf que le jour où j’ai des enfants eh bien ça ne marchera pas… Etant libraire et bossant donc dans un commerce, je travaille le samedi, donc le fait de paresser et faire ce que l’on veut ce jour-là, ça ne fonctionne pas.

L’autre point noir du livre pour moi c’est les illustrations, je n’aime pas du tout ce type de graphisme. C’est une affaire de goût, on aime ou pas mais ce n’est pas ma préférence, du coup l’histoire ne m’a pas spécialement plu et les dessins encore moins.

Cela dit, mes deux neveux (de 20 mois et 4 ans) ont été très attentifs et ont réclamé cette histoire plusieurs fois. J’ai dû le lire 3 fois et leur grand-mère en ont fait de même le jour de la réception de cet album. Ça leur a bien plu, donc même si moi ça n’a pas fonctionné, eux ont beaucoup aimé écouter cette histoire. Les goûts et les couleurs comme je le disais !

En bref, Samedi n’est pas un album qui m’a spécialement plu. L’histoire est racontée sur le ton de l’humour, sur ce que peut faire un enfant durant le samedi, ce qu’il lui plaît, même si ce n’est pas toujours au goût de ses parents. Les illustrations ne me plaisent pas du coup il est difficile d’apprécier cet album mais mes neveux ont beaucoup aimé l’histoire au point de demander plusieurs fois de suite à ce qu’on leur lise.

A partir de 3/4 ans.

23/02/2017

De feu et de neige : Journal d’une jeune Française en Russie d’Anne-Marie Pol

Quatrième de couverture

1812, Moscou.
Félicité d’Autin, jeune Française de 16 ans, vit avec sa mère sous la protection d’une riche famille russe. Malgré leur différence de classe, Félicité est passionnément amoureuse de Fédor, le fils de la comtesse.
Mais tandis que les jeunes gens répètent en toute insouciance Le Jeu de l’Amour et du Hasard, la dernière pièce à la mode de Marivaux, la guerre éclate. Napoléon Ier a décidé d’envahir la Russie, et il est aux portes de Moscou ! Fédor s’engage dans l’armée tandis que sa famille fuit sans pouvoir emmener ses deux protégées. Voilà Félicité et sa mère livrées à elles-mêmes dans la ville en guerre, alors que le Français est devenu l’ennemi du Russe.
Tiraillée entre son amour pour la Russie et son identité française, désespérée de voir Fédor partir à la guerre, Félicité n’a d’autre choix que de fuir pour poursuivre, entre les flammes de l’incendie de Moscou, puis dans les steppes enneigées de Russie…

Mon avis

De feu et de neige est un roman qui m’a intrigué car ça pouvait être intéressant de voir la guerre entre la France et la Russie du point de vue d’une française vivant en Russie. Mais je ressors assez mitigée de cette lecture, en soi elle n’est pas mauvaise mais elle ne m’a pas emballée plus que ça. C’est le genre de lecture qui se laisse lire, qu’on peut apprécier sur le moment mais qui sera très vite oubliée par la suite.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est plutôt agréable à lire et fluide, c’est assez simple mais efficace dans le genre.

Dans la narration, à la 3e personne se glisse de temps en temps des extraits de journal qui sont écrits avec une autre police pour le différencier et là, Félicité prend la parole et explique sa situation et son ressenti. Cette manière de faire et l’indication au début de l’ouvrage concernant la découverte d’un certain carnet dans une sacoche laisse à penser que ces extraits de journaux sont tirés d’un vrai journal intime, comme si l’histoire était vraie. C’est une manière de faire intéressante qui peut mettre le doute sur le côté fictionnel du livre.

Alors si j’ai apprécié cet aspect-là du livre, malheureusement ça ne suffit pas pour que ça me plaise dans l’ensemble et me rapprocher du coup de cœur. On en est loin, très loin même car il m’a manqué un certain nombre de choses pour que ce soit vraiment bien.

L’histoire est assez tranquille, peut-être un peu trop ce qui donne la sensation que c’est plat. Les différents personnages voient la situation changer et se dégrader mais ils ne font pas grand-chose. Si bien qu’au final, on ne voit pas beaucoup de la guerre et des enjeux politiques alors que je m’attendais à ce qu’il y en ait. Vu les circonstances et le contexte, ça paraîtrait normal mais ce n’est pas le cas ici donc c’est assez « plan plan ». Je ne me suis pas non plus ennuyée mais ça ne m’a pas transporté plus que ça, je lisais mais ne vivais pas l’histoire donc ce n’est pas l’idéal non plus. C’est le genre d’histoire qu’on lit mais qu’on oublie peu de temps après l’avoir terminé. Ça détend, ça fait son office mais sans plus.

Je ne me suis pas vraiment attachée à l’héroïne, Félicité, ce qui est assez problématique pour moi parce qu’il est difficile de s’intéresser à une histoire quand le personnage principal ne nous touche pas plus que ça. Elle reste assez passive dans cette histoire, j’avais besoin d’une héroïne plus forte qui allait au devant de l’action donc ce n’était pas ce à quoi je m’attendais et voulais, c’est dommage.

Quant à Fédor, elle en parle tout le temps, elle l’idéalise mais au final on le voit peu pour qu’on puisse s’y attacher et comprendre son obsession pour lui et quand on voit ce qui se passe à la fin, j’avoue que je ne comprends pas des masses… Je suis totalement passée à côté de l’aspect romance du livre qui ne m’a pas plu du tout, c’était platonique, sans aucune alchimie, donc ça n’a pas fonctionné. De ce fait, je ne comprenais pas pourquoi elle cherchait tant à le revoir son cher Fédor…

En bref, De feu et de neige est une lecture qui fait passer le temps mais qui ne restera pas dans les mémoires. Ce n’est pas mauvais en soi, mais ce n’est pas transcendant pour autant. Il m’a manqué quelque chose pour que ce soit plus passionnant et intéressant, notamment plus d’implication pour Félicité et plus de politique et de guerre dans l’ensemble. Là on reste trop en retrait, on ne voit pas grand-chose. C’est dommage parce que le sujet promettait. A vous de vous faire votre propre avis dessus.

22/02/2017

L’épreuve du feu de Lene Kaaberbøl (Sorcière des brumes 1)

Quatrième de couverture

Clara Ask a 12 ans, une mère célibataire journaliste, et un meilleur ami, Oscar. Elle mène une vie tout à fait normale jusqu’à ce matin où elle se fait attaquer par un gros chat noir. La blessure s’infecte et curieusement, sa mère l’emmène voir une tante qu’elle n’avait jamais vue auparavant pour la soigner.
Peu après, alors qu’elle rentre de l’école avec Oscar, ils sont entourés de brouillard à travers lequel Clara aperçoit une sorte d’ange aux ailes brunes. Répondant à son appel, elle est sur le point de la rejoindre lorsqu’Oscar l’arrache à sa vision et aux roues d’un camion, lui sauvant la vie.
Cet « ange » est une ancienne « sorcière sauvage, Kimaera, qui a juré la perte de la jeune fille. Clara doit apprendre à maîtriser ses pouvoirs tout neufs pour pouvoir l’affronter…

Mon avis

Lorsque j’ai vu à la librairie arriver ce premier tome de Sorcière des brumes, j’ai tout de suite voulu le lire. Evidemment, il y est question de sorcière et il y a un chat sur la couverture, de quoi me donner envie. Mais cela n’a pas été à la hauteur de mes attentes, je dois dire que je ressors un peu mitigée de cette lecture car si dans le fond il y avait de l’idée, dans la forme cela a quelque peu pêché pour moi.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide, ça se lit rapidement, pour preuve, je l’ai lu dans un trajet pour aller au boulot, donc en 2h c’était lu (max). Il faut dire que le texte est assez aéré, c’est une écriture simple, donc cela va vite. Mais j’ai eu un sentiment de trop peu et ça m’a quelque peu frustrée.

Mon souci avec ce livre c’est que tout va très vite. Dès le début, Clara fait la rencontre du chat qui va l’attaquer et la marquer. Peu de temps après des choses étranges se produisent et sa mère l’emmène chez sa tante, qu’elle ne connaît pas pour qu’elle lui vienne en aide. Et très rapidement, elle doit s’initier pour être une Sorcière des brumes car quelqu’un risque de s’en prendre à elle.

Le livre est court et le texte aéré, donc au final c’est encore plus court qu’on ne l’imagine et il faut donc que tout aille vite pour raconter un maximum de choses en peu de pages et c’est un problème pour moi. On n’a pas le temps de comprendre l’univers, de poser les bases, les informations s’enchaînent tout comme les actions et très rapidement on se retrouve à la fin du livre. Je n’ai pas eu la sensation d’avoir un univers construit et précis et c’est dommage. Surtout moi qui aime quand il y a du détail, là c’est raté.

Point de vue intrigue, en soi elle est intéressante et aurait pu être très sympa, mais pareillement, tout va très vite. Alors d’un côté pour les enfants, surtout d’un jeune âge, le fait d’avoir de l’action rapidement c’est une bonne chose mais là le souci c’est que ça me donne la sensation que tout est facile. Lors de son apprentissage, Clara n’arrive pas à faire ce qui est facile, en revanche ce qui paraît très difficile, elle y parvient rapidement. Le titre c’est « L’épreuve du feu » donc on s’attend à ce qu’il y ait des épreuves et là aussi, on sent que c’est facile, il n’y a pas vraiment de suspense, on se doute qu’elle réussira et pas un instant j’en ai douté, c’est dommage, parce que ça ne crée pas de tensions là où il devrait y en avoir. Il n’y a pas d’attente et ça, c’est quelque chose de primordial dans une histoire.

Quant aux personnages, c’est un peu le même souci, je n’ai pas su m’attacher totalement à Clara alors qu’elle est l’héroïne. On n’a pas vraiment le temps de la connaître, tout comme sa tante. La relation entre les personnages n’est pas assez approfondie aussi, que ce soit Clara avec sa mère ou sa tante, entre les deux sœurs. La dynamique entre les personnages n’existe pas vraiment.

En bref, L’épreuve du feu est une lecture en demi teinte, ce n’était pas totalement ce à quoi je m’attendais. L’univers peut être intéressant mais il est trop survolé à mon goût et l’intrigue simple avec des actions qui paraissent trop facile. Et je n’ai pas su m’attacher totalement aux personnages parce qu’il manque d’approfondissement et de consistance. C’est dommage mais je pense que ça pourrait plaire aux plus jeunes pour les initier au genre pour les autres, ça risque d’être un peu trop facile et simple. A voir si la suite est du même acabit ou pas.

21/02/2017

PALM n°73 [FEVRIER 2017]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture : Farlander III - Le Rêve noir de Col Buchanan (Le Coeur du monde 3)


Acquisitions depuis la dernière PALM





Déracinée de Naomi Novik
Le 13e Disciple de Deepak Chopra
Marquer les ombres de Veronica Roth
Phobie douce de John Corey Whaley
Ad Astra vol.1 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.2 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.3 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.4 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.5 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.6 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.7 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.8 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.9 de Mihachi Kagano
Saga vol.6 de Fiona Staples et Brian K. Vaughan
Farlander III : Le rêve noir de Col Buchanan
L’épée de l’orage de David Gemmell
Carry On de Rainbow Rowell
Jeu d’attirance de Jennifer L. Armentrout
Eleanor & Park de Rainbow Rowell
Au cœur du silence de Graham Joyce
Faux frère, vrai secret d’Olivier Gay
Origines, partie 2 de Sophie Jomain
La maison de l’assassin de Bernhard Aichner
Un petit quelque chose en plus de Sandy Hall
Impyrium de Henry H. Neff
L’amour au subjonctif de Pascal Ruter
Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker
Origines partie 2 de Sophie Jomain
Projet Polaris de Shannon Messenger
Opération Toutous d’Aaron Blabey
After Anna d'Alex Lake
La Désolation de Pierre Bordage
New Earth Project de David Moitet
Le faucon de minuit de David Gemmell
A study in ashes d’Emma Jane Holloway
Mon nez, mon chat, l’amour et moi de Louise Rennison
Victoria rêve de Timothée de Fombelle
Ne m’appelez pas Blanche-Neige de Gally Lauteur
Tokyo’s Tournament de Marie-Alix Thomelin
Flétrissures de Céline Landressie
L’effet ricochet de Nadia Coste
Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie d’Aude Le Pichon
Les Corbeaux de Juliette Lemaitre
Maresi de Maria Turtschaninoff
Un amour de monstre de Lucy Coats

Livres lus depuis la dernière PALM




Une journée avec Mousse de Claire Lebourg > CHRONIQUE
Yanabosse et le Brahima-shatam-Ô-boktatou de Yann Rambaud > CHRONIQUE
Les Animaux Fantastiques de J.K. Rowling > CHRONIQUE
Never Never, saison 2 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher > CHRONIQUE
Never Never, saison 3 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher > CHRONIQUE
Mémoire cachée de Sebastian Fitzek > CHRONIQUE
Saga vol.6 de Fiona Staples et Brian K. Vaughan > CHRONIQUE
Ad Astra vol.7 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.8 de Mihachi Kagano
Ad Astra vol.9 de Mihachi Kagano
Fils de sorcières de Pierre Bottero > CHRONIQUE
Marquer les ombres de Veronica Roth
Cerise Griotte de Benjamin Lacombe
Les bébés, ça pue ! de Clémentine Beauvais > CHRONIQUE
Le loup qui voulait être un mouton de Mario Ramos > CHRONIQUE
Mon ballon de Mario Ramos > CHRONIQUE
Le plus malin de Mario Ramos > CHRONIQUE
C’est moi le plus fort de Mario Ramos > CHRONIQUE
La princesse, le dragon et le chevalier intrépide de Geoffroy de Pennart > CHRONIQUE
Le magicien des couleurs d’Arnold Lobel > CHRONIQUE
Indocile Angelica de Stephanie Laurens > CHRONIQUE
Faux frère, vrai secret d’Olivier Gay > CHRONIQUE
Saute, lapin ! de Claudia Rueda > CHRONIQUE
Voilà l’hiver de Pauline Kalioujny > CHRONIQUE
Phobie douce de John Corey Whaley > CHRONIQUE
L’amour au subjonctif de Pascal Ruter > CHRONIQUE
Piégés de Christy Saubesty > CHRONIQUE
Opération Toutous d’Aaron Blabey > CHRONIQUE
Ambre de Siobhan Curham > CHRONIQUE
Je suis boloss, mais je me soigne ! d’Arthur Ténor > CHRONIQUE
De feu et de neige : Journal d’une jeune française en Russie d’Anne-Marie Pol
L’épreuve du feu de Lene Kaaberbøl
L’épée de l’orage de David Gemmell
Blue la couleur de mes secrets de Camille Pujol > CHRONIQUE
New Earth Project de David Moitet > CHRONIQUE
Be Mine de N. C. Bastian
Samedi d’Ian Lendler et Serge Bloch
Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie d’Aude Le Pichon
Le petit chaperon quoi ? de Raphaël Fejtö
Un amour de monstre de Lucy Coats

Prochains livres à lire

La PAL de SP devient catastrophique et pourtant ce n'est pas faute de lire !




Vous aimerez aussi

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...