Lotto Girl de Georgia Blain


Quatrième de couverture

Fern est une Lotto Girl, ses parents, peu fortunés, ont remporté une loterie organisée tous les 7 ans et qui offre la possibilité, aux gagnants, de choisir l’apparence et les qualités de leur futur enfant grâce à des manipulations génétiques. Mais au moment où l’histoire commence, Fern a tout perdu et vit dans un camp, sous une nouvelle identité. Comment la jeune fille en est-elle arrivée là ?

Mon avis


Lotto Girl est une dystopie qui m’a intrigué, j’étais curieuse de voir un monde dans lequel on pouvait choisir génétiquement ses enfants afin de leur offrir une vie meilleure. J’avais envie également de découvrir ceux qui gagnent ce privilège par ce système de « loterie », comme l’a été Fern. C’est un univers qui pouvait être prometteur, car avoir des avantages dès la naissance pour avoir une vie parfaite, ça peut faire « rêver » mais on se doute que dans les dystopies, le rêve peut côtoyer l’enfer.

Fern va en faire les frais puisqu’elle se retrouve au début de l’histoire dans un camp de travail particulièrement difficile, là où elle n’aurait jamais dû mettre les pieds. Que s’est-il donc passé ? Là est toute la question, Fern, la narratrice évoque donc sa vie et grâce à un va-et-vient temporel, nous la voyons dans sa vie parfaite passée et sa place dans le camp aujourd’hui. Prometteur donc… Mais j’ai très rapidement déchanté.

Ceux qui m’ont suivi sur Facebook l’ont vu très rapidement. J’ai mis 15 jours à lire ce livre, ça annonce déjà la couleur, moi qui lis très vite en général, surtout un livre d’à peine 300 pages (en deux jours max ça aurait dû être lu). Mais je n’avais pas la motivation pour avancer, il ne m’intéressait pas et m’ennuyait. Et pour cause… Il ne se passe rien… C’est plat, linéaire malgré les va-et-vient temporels qui permettent d’expliquer comment Fern en est arrivée là, ça manque de rythme, de suspense, d’intérêt.

Du coup, je me suis vite ennuyée (à 50 pages c’était déjà difficile et pourtant je suis plutôt bon public en règle générale) et je n’avais pas vraiment envie de continuer. Mais je n’aime pas abandonner un livre donc je suis allée jusqu’au bout mais je ne cache pas que cela a été une lecture pénible. J’avais hâte que ça se termine même si je restais curieuse sur le fin mot de l’histoire. Voir où l’auteur allait nous emmener, à quoi tout cela servait, etc. Et là, j’ai encore plus déchanté… Tout ça pour ça ? Franchement, je me demande pourquoi je suis allée au bout pour ça. Cette fin est à l’image du reste du livre, c’est plat, ça ne change rien au schmilblick, et pour une dystopie c’est dommage parce que c’est sensé susciter des réactions. En premier lieu de révolte et de réflexion sur ce qui peut être changé, etc. Alors que là, en l’état, il ne se passe rien.

L’histoire ne tient pas vraiment la route, quant à l’univers rien n’est pas approfondi, il manque de substance. Certes, on en apprend un peu sur ce système de loterie qui permet à des gens pauvres de donner une chance à leurs enfants pour un avenir meilleur. D’avoir une belle situation et un beau cadre de vie plutôt que de devoir travailler dans des camps / entreprises peut reluisantes, être de simples ouvriers en somme. Mais on n’apprend pas grand-chose sur la raison pour laquelle on en est venu à modifier les gens génétiquement. Seuls les riches y ont accès moyennant finance mais on ne sait pas vraiment ce qui est arrivé au monde pour en arriver à modifier les gens. Dans Uglies, où l’on a aussi la modification physique, au moins on sait pourquoi les gens changeaient d’apparence, il y avait un passé avec un autre monde qui avait lieu des siècles plus tôt. Là, on a la sensation qu’il n’y avait rien avant.

Et puis dans les dystopies le principe est quand même de faire réagir, de critiquer le monde pour le remettre en question et en perspective pour se poser des questions et se dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas et qu’il faudrait faire attention. Ce sont des mises en garde les dystopies, à voir comment un élément sensé être bien peut très rapidement être détourné de son objectif premier et en venir à un régime totalitaire. Là, je n’ai pas eu cette sensation là, d’autant qu’on ne sait pas grand-chose du mode de fonctionnement du gouvernement. Certes, on a quelques petits éléments de réponses sur la fin mais c’est tellement minime voire dérisoire que ça passe totalement à la trappe.

C’est donc compliqué mais si l’héroïne avait du bagou, du caractère, qu’il se passait vraiment quelque chose dans sa tête, ça aurait pu le faire… Or, c’est loin d’être le cas, donc on a le trio gagnant (ou plutôt perdant) pour rendre ce livre ennuyeux au possible. L’héroïne est passive, elle ne fait rien, elle se plaint de la situation mais n’agit jamais, elle subit tout ce qui lui arrive et ne fait rien, ne se révolte pas, ne va pas changer les choses. Elle attend et pleure sur son sort, c’est tout ce qu’elle sait faire. C’est frustrant de suivre un tel personnage parce que l’histoire ne peut pas décoller et on ne peut pas avoir envie de continuer et de savoir pourquoi elle en est arrivé là. Je peux être conciliante si l’histoire est un petit peu faible mais les personnages doivent être irréprochables pour ça parce que ce sont eux qui font l’histoire, et qui peuvent donner un intérêt, mais là, je n’avais même pas ça pour me raccrocher aux branches.

Sa relation avec sa famille aussi n’est pas du tout exploitée alors qu’on voit que c’est difficile, le lien avec son frère aurait dû avoir plus d’importance, de même avec Chimo, qui va l’aider dans le camp. Tout est trop survolé, tout en surface donc on ne s’attache à aucun personnage, on n’éprouve rien pour eux. Les autres Lotto Girl prennent une place importante dans la vie de Fern et pourtant on ne ressent rien à leur égard, ce n’est pas faute à ce qu’il leur arrive des choses…

Enfin l’écriture de l’auteur est simple, sans plus, j’avoue que ça ne m’a pas aidé pour apprécier ce livre. Je n’avais pas ça non plus pour me faire avancer. Ça n’a fait qu’empirer les choses je dirai même.

En bref, Lotto Girl est une grosse déception pour moi, je n’en attendais rien de spécial, sans quoi la déception aurait été encore plus grande mais j’avoue que je n’y ai pas trouvé grand intérêt. Il y a une idée de base pourtant intéressante mais qui n’a pas su être exploitée par l’auteur. Il n’y a pas d’action, c’est très plat, pas de rythme et de rebondissements et même lorsqu’il y a des révélations, j’étais tellement blasée et en dehors de l’histoire que ça ne me touchait pas. L’héroïne est passive et spectatrice de ce qui lui arrive, tout comme nous, donc difficile de s’intéresser à ce qui se passe et de l’apprécier. Bref, une déception, je n’ai pas du tout aimé cette lecture et je vais vite l’oublier.

Commentaires

  1. Avec un résumé si prometteur.... C'est vraiment dommage! *Anne*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouais, ça pouvait être super, mais ça a fait un gros flop...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)