Detroit de Fabien Fernandez

Quatrième de couverture

Je suis tout ça. Le mur de brique rouge, la cheminée de l’usine fissurée, le lien avec la vie citadine, ses méfaits, ses crimes, ses passions et ses amours. Ceux qui me laissent pourrir. Ceux qui me contemplent, immobiles. Ceux qui m’exploitent jusqu’à la trame. Ceux qui tentent tant bien que mal de me ranimer. Je suis tout ça. Je suis Motor City.

Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu’Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il pourra enfin prendre son envol. Mais victime d’accès de colère incontrôlés, il peine à éviter les heurts avec les membres des Crips et l’expulsion scolaire.
Quand ses recherches mettent Ethan sur la piste d’un détournement de fonds au sein de l’établissement de Tyrell, il soupçonne rapidement que l’affaire est sérieuse… Tous deux vont s’opposer comme ils le peuvent aux gangs qui règnent en maîtres à Detroit. Nul ne sera épargné.

Mon avis

Detroit est un roman qui m’intriguait, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avant de le commencer, mais il est certain que je ne m’attendais pas à une telle histoire, j’avais un tout autre scénario en tête et l’on peut dire que j’étais très loin du contenu de ce récit. Un roman qu’il faut absolument découvrir.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements se mettent en place assez rapidement. Et puis, mieux vaut se laisser emporter par la plume de Fabien Fernandez pour savourer pleinement cette histoire qui m’a mis une claque, il faut le dire…

C’est un roman fort et poignant qui ne peut pas nous laisser indifférent. C’est un roman noir, un roman social où l’on voit le quotidien des gens dans la ville de Detroit, où la corruption, le trafic et la misère se côtoient de très près. Sans porter de jugement, sans trouver de solution idéale pour que la ville redore ses blasons, Detroit nous montre une vérité crue, un constat avec tous les bons (et ils sont peu nombreux) et les mauvais côtés (bien trop nombreux).

Nous avons 3 points de vue sur ce lieu de vie, celui de Tyrell, jeune adolescent qui essaie de s’en sortir alors même que ses crises de colère lui vaut des ennuis, celui d’un jeune journaliste new-yorkais fraîchement débarqué dans la ville et qui voit tout cela d’un point de vue extérieur et qui déchantera très rapidement et enfin celui de Motor City, la ville elle-même qui a conscience des failles du système, de ce qui salit son « corps », quand tout le monde semble l’abandonner. Elle qui était pourtant si fière et si majestueuse autrefois. Mais l’espoir fait vivre, tant qu’il y aura des personnes qui gardent la foi pour faire bouger et changer les choses avec l’espoir d’un avenir meilleur et de rendre justice.

J’ai beaucoup aimé ces alternances de point de vue qui rythme vraiment l’histoire, qui la rend encore plus intéressante. Cela permet d’avoir différents regards face à ce qui se passent mais aussi d’avoir une large vision des événements et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est peu reluisant. Quand on dit « le rêve américain », on n’imagine pas ça, et pourtant, c’est la triste réalité…

L’histoire est prenante et addictive, j’avais envie de savoir ce qui allait arriver à nos différents personnages, est-ce que Tyrell allait s’en sortir ou bien deviendrait-il un énième dommage collatéral ? Ethan va-t-il pouvoir faire éclater la vérité sur ce qui se passe dans cette ville ? Parviendra-t-il à dénoncer les corruptions, les violences, le manque de moyen effarant ? Pourra-t-il montrer ce que cette ville a à offrir de plus que des bains de sang et des trafics ?

C’est avec appréhension que l’on continue cette histoire, car lorsqu’on voit un peu de lumière, les ténèbres refont surface, les problèmes s’enchaînent, cela semble sans fin. C’est le mythe de Sisyphe et c’est avec la boule au ventre que l’on suit le quotidien des personnages car parfois nous-mêmes on peut perdre espoir. On s’imagine que tout va mal finir et pourtant…

Les personnages sont attachants et sympathiques. On a envie qu’Ethan fasse éclater la vérité, qu’il montre ce que cette ville regorge, les injustices, la violence, la corruption, etc. Ethan va se retrouver confronter au manque de moyen qui existe au niveau équipement et ce, à tous les niveaux, que ce soit pour les écoles, pour les policiers, les pompiers, c’est affligeant de voir le témoignage de ceux qu’ils rencontrent quand il voit les problèmes. Comment aider, faire améliorer les choses à cause du manque d’infrastructures ou de personnels ? Une triste réalité qui fait mal au cœur.

On a envie que l’agent Moore parvienne à faire respecter l’ordre, à faire évoluer les choses dans son travail, que les flics puissent faire correctement leur job, mais on se rend compte que tout cela est difficile, quand beaucoup de ses collègues baissent les bras et perdent espoir.

Malgré les crises de colère de Tyrell qui le rendent « fou », qui le catégorise comme un futur voyou ou pire : serial killer, on devrait le fuir comme la peste. Et pourtant, ce n’est pas ce sentiment-là que l’on garde, bien au contraire, on aimerait l’aider, on aimerait lui dire que tout va bien se passer. On a envie de le protéger et de le rassurer. Etant donné qu’il prend la parole, nous sommes au plus proche de lui, nous avons accès à ses pensées, à ce qu’il vit, à ce qu’il essaye de faire pour s’en sortir, mais il est parfois difficile de sortir la tête de l’eau quand on essaye désespérément de vous faire couler. Il n’a que peu de personnes qui croient en lui, comment ne pas baisser les bras ? Comment ne pas se laisser aller à la facilité et faire ce que tout le monde attend de lui : craquer et devenir cet être dangereux que tout le monde voit ? Ça fait mal au cœur ce constat et pourtant Tyrell garde la tête haute, il tâche de faire au mieux, de prendre les meilleures décisions possibles, même si ce n’est pas facile. C’est un gamin perdu, qui a conscience du monde dans lequel il vit, et que ses chances sont très limitées. C’est triste de voir ça, car il ne le mérite pas…

En bref, Detroit est un roman fort et poignant qui ne peut pas nous laisser indifférent. C’est un roman noir, social qui nous montre une vérité crue, celle de la misère et de la violence que cela engendre. C’est un roman qui fait réfléchir. Les gens sont prêts à tout pour s’en sortir, quitte à faire des trafics, qu’elle qu’en soit la nature, mais certains gardent encore espoir et tâchent de vivre au mieux et d’essayer de faire entendre leur voix pour une vie meilleure. Un roman que je vous conseille fortement, il serait dommage de passer à côté !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand les poules avaient des dents de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 1)

Apollon, désolantes passions de Louise Roullier

Dust Bowl de Fabien Fernandez

Il y a un monstre dans ce livre de Tom Fletcher et Greg Abbott

La nuit des ponotes hématophages de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 2)